Blog

Alerte délivrabilité : Orange déploie un filtrage dynamique en fonction des plaintes spam

logo-orangeComme SFR il y a quelques semaines, il semble qu’Orange ait activé le filtrage dynamique des emails en fonction du volume de plainte généré. Cette fonctionnalité est en faite gérée par Vade Retro, solution anti-spam utilisée par les principaux FAI et webmails français, à savoir Orange, SFR, Free et Laposte.net.

De la même manière que les grands webmails populaires, les FAI français adoptent, grâce à la technologie Vade Retro, un filtrage du spam basé sur la réputation des expéditeurs dans le but de protéger leur infrastructure email.

Orange a donc activé cette fonctionnalité hier et il semble qu’elle affecte de nombreux expéditeurs d’email. Il est important de garder à l’esprit que le volume de plainte spam a une influence sur le filtrage des emails émanant d’une adresses IP spécifique, mais aussi d’un nom de domaine d’expédition (champ FROM:) et d’une campagne en particulier.

Ce dernier point est important. Il signifie que les FAI sont maintenant capables de reconnaître une campagne générant du mécontentement de la part des destinataires, quelques soit la plateforme de routage utilisée. Il ne sert donc à rien d’essayer de rediriger un trafic d’email filtré vers un autre routeur, celui-ci sera automatiquement reconnu et filtré de la même manière.

Pour l’instant, outre Orange et SFR, cette fonctionnalité a aussi été activée chez Laposte.net.

Livre blanc : Comment internaliser votre routage email ?

livre-blanc-internaliser-delivrabiliteDeliverNow vous présente son tout nouveau livre blanc consacré à l’internalisation du routage email. Depuis de nombreuses années, la délivrabilité est devenu un défi stratégique pour les entreprises. De nombreux facteurs ont rendu la délivrabilité complexe, on pourra citer l’augmentation des attaques de phishing, le filtrage anti-spam de plus en plus restrictif ou encore la catégorisation des emails par les webmails (comme les onglets de Gmail).

L’objectif de ce livre blanc est de vous guider dans les différentes étapes nécessaires à la mise en place d’une solution de routage interne à votre entreprise. Nous avons voulu vous donner un aperçu complet, de la réflexion sur l’opportunité (ou non) de cette internalisation de la délivrabilité jusqu’aux changements nécessaires dans votre organisation en passant par les différentes étapes nécessaires au déploiement.

Voici la liste des principaux chapitres :

  • Pourquoi vouloir changer votre architecture délivrabilité ?
  • Les différentes étapes
  • Monitoring de la réputation et de la délivrabilité
  • Quelles sont les différentes responsabilités dans une organisation délivrabilité ?

Le chapitre consacré aux différentes étapes pratiques de l’internalisation de la délivrabilité vous donnera des pistes afin de choisir la solution convenant à vos besoins personnels. Nous vous expliquerons pourquoi il est important de répertorier l’ensemble de flux email routés par votre entreprise et quelles sont les différentes étapes de la configuration technique de votre plateforme de délivrabilité.

Télécharger le livre blanc

Alerte délivrabilité : SFR est en train de durcir son filtrage

logo_SFRCes derniers jours, via notre infrastructure de monitoring délivrabilité installée chez nos clients, nous avons constaté un durcissement des règles de filtrage à destination de SFR. Nous avons par exemple constaté un plus grand nombre de message « 550.5.7.1 Message Content rejected » après  la commande DATA lors du dialogue SMTP.

D’après nos observations, il semblerait que cette évolution se base sur une utilisation de ratios entre expéditeurs qualitatifs/non-qualitatifs par adresse IP. Dans un précédent article publié sur ce blog nous vous indiquions qu’SFR utilisait les taux de bounces et les taux de plaintes pour bloquer ou non une adresse IP, il semble donc que ce modèle soit en train d’évoluer. Les plaintes spam semblent en effet mieux prises en compte dans la décision de livrer un email en boîte spam ou en inbox. Toujours selon nos observations, le taux de plainte toléré reste dans la moyenne de ce qui est communément admis dans le métier.

Pour rappel, le seul moyen d’avoir accès au nombre de plaintes générées par IP chez SFR est de faire appel à la boucle de rétraction disponible via Signal Spam.

SFR évolue dans la même direction que les autres acteurs. Les flux d’emails à risque pour la délivrabilité doivent rester séparés d’autres flux plus stratégiques ou plus importants. Dans la pratique, cela veut dire isoler les adresses IP et les noms de domaines utilisés pour ces flux.

Il semble aussi que ces ratios ne soient pas encore totalement fixés, SFR est probablement en train d’ajuster les seuils utilisés. Nous vous en dirons plus lorsque nous aurons plus de précisions sur le sujet.

Pour rappel, voici la liste des noms de domaine concernés : @sfr.fr, @neuf.fr, @9online.fr, @9business.fr, @cegetel.net, @club-internet.fr, @cario.fr, @guideo.fr, @mageos.com, @fnac.net, @waika9.com.

Message Systems fait l’acquisition de Port25, l’éditeur de PowerMTA

MessageSystemsLogoIl y a deux semaines, nous avons appris le rachat par Message Systems de Port25, qui est principalement connu pour être l’éditeur de PowerMTA. Message Systems est le premier fournisseur d’infrastructures d’envoi d’email dans le monde et estime à environ 20% le volume d’email légitimes qui pensent par son infrastructure.

Ce deal constitue un changement important dans le paysage de l’envoi d’emails. Les deux entreprises proposent en effet des solutions « on-premise » pour les plus grands expéditeurs mondiaux d’email. Dans les clients actuels de Message Systems on trouve des entreprises comme Facebook, LinkedIn, Twitter, Paypal, American Express. De l’autre côté, les clients de Port25 sont des entreprises comme Salesforce Marketing Cloud, SmartFocus, Microsoft, Mailchimp ainsi que la plupart des ESP Français.

On sait déjà que les équipes de Port25 seront rapidement réintégrées à celles de Message Systems, les deux entreprises ont la chance de n’être séparées que de quelques kilomètres.

Le modèle économique, les fonctionnalités et le type de clientèle entre les deux entreprises étant différent, ce rapprochement semble évident même s’il posera inévitablement quelques questions. En tant que revendeur de la solution PowerMTA, DeliverNow ne manquera pas de vous tenir au courant des prochaines évolutions du produit et de ses fonctionnalités.

Quelles sont les blacklists les plus importantes et comment savoir si vous êtes listé ?

Si la plupart des lecteurs de DeliverNow savent probablement ce qu’est une blacklist, il peut être intéressant de faire un rappel de l’importance de celles-ci dans l’écosystème de l’email et dans la gestion de votre délivrabilité.

Tout d’abord, plusieurs abréviations sont utilisées afin de parler de blacklists. On rencontre souvent RBL pour « Real-time Blackhole List » ou encore DNSBL pour « DNS blacklist ». Ces termes désignent tous la même chose, une liste d’adresses IP ou de noms de domaine qui recensent les mauvais acteurs de l’email marketing : les spammeurs.

Ces listes, lorsqu’elles sont publiques (ce qui n’est pas toujours le cas) sont utilisées par toute une série d’acteurs en tant qu’indicateur de la réputation d’un adresse IP ou d’un nom de domaine. Dans les « acteurs », on retrouve tout organisme ayant besoin de filtrer des emails. Ce sont bien évidemment les FAI, les administrateurs systèmes en entreprise ou dans le secteur public, mais aussi toute une série de revendeurs de solutions de filtrage d’emails.

Quelles sont les blacklists les plus importantes ?

Deux blacklists historiques sortent clairement du lot et sont utilisées par la plupart des FAI dans le monde, ce sont Spamhaus et Spamcop. Si vos adresses IP sont listées par celles-ci vous devriez prendre des mesures très rapides sous peine de voir une grande partie de votre traffic email bloqué.

Comment savoir si mes adresses IP sont listées ?

Important à savoir aussi, les blacklists s’échangent des informations. Il n’est pas rare qu’après avoir été listé par Spamhaus ou Spamcop, vos adresses IP soient aussi bloquées par des dizaines d’autres blacklists.

Quelles sont les blacklists importantes en matière de nom de domaine ?

Avant toute chose, on peut distinguer deux grandes catégories de blacklist de noms de domaine. Celles dont vous entendez le plus souvent parler sont celles qui analysent les adresses (URI) des sites web cités dans les spams. L’autre catégorie s’attache à référencer l’ensemble des noms de domaine présents dans un email, y compris (et surtout) dans le header technique de l’email, la plus connue dans cette catégorie est à nouveau Spamhaus.

Les deux blacklists de type URI les plus importantes sont (avec les liens permettant de vérifier si vos domaines sont listés) :

Comment être retiré d’une blacklist ?

Pour ne plus figurer dans une blacklist, le plus important est d’essayer de détecter quelles sont les raisons du listing et de mettre en place des actions correctrices avant de faire une demande de delisting. Cette étape est cruciale dans la mesure où la plupart des blacklists vous demanderont des explications sur votre présence dans la liste noire et quelles ont été les actions correctrices qui justifient un déblocage. N’essayez pas de vous faire débloquer sans avoir mené ce travail au préalable.

Si vous avez trouvé la raison du listing et que vous avez fait le nécessaire pour que cela ne se reproduise plus, vous pouvez tenter une demande de « delisting ». En général, la procédure est expliquée sur les pages de « lookup » (voir les liens présentés plus haut) et consiste à remplir un formulaire ou à envoyer un email. Si votre explication est détaillée et justifiée, il est possible que votre IP ou votre nom de domaine soit rapidement supprimé de la liste. Par contre, si votre explication est imprécise (être précis ne nécessite pas 10 pages d’analyse) ou injustifiée, vous vous exposez à un refus ou à une demande de précision.

Comment internaliser la délivrabilité tout en bénéficiant d’une équipe et d’une infrastructure professionnelle ?

De quoi pourrait manquer une entreprise désirant déployer une solution de routage interne ? Quels sont les briques techniques, mais aussi humaines, qui pourraient lui faire défaut ? De manière générale, on peut classer ces besoins en quatre catégories différentes :
  • Un logiciel de gestion de campagne (Campaign Management System)
  • Un serveur d’envoi d’email (Mail Transfert Agent)
  • Une solution de monitoring de la délivrabilité (Deliverability Monitoring Suite)
  • Et le plus important, une personne dédiée à l’analyse de votre délivrabilité et aux inévitables ajustements requis (Deliverability Manager)
S’il est possible de déployer assez aisément un MTA, les trois autres couches d’une infrastructure de délivrabilité internalisée ne sont pas simples à trouver. C’est particulièrement le cas de la Deliverability Monitoring Suite, mais surtout du Deliverability Manager. Aujourd’hui, que ce soit en France ou ailleurs, il est extrêmement difficile de trouver des collaborateurs ayant une expérience opérationnelle de la délivrabilité.
Observateur avisé de la délivrabilité depuis de nombreuses années, DeliverNow a décidé de répondre à ces défis et de proposer une solution totalement intégrée sur ces quatre axes.

DeliverNow dévoile “In-House Emailing Suite”

Avec iES, DeliverNow annonce une solution unique sur le marché et en rupture avec ce qui se fait aujourd’hui. Les quatres éléments dont nous avons parlé plus haut sont ainsi totalement intégrés et peuvent être déployés au sein de votre entreprise en une seule fois et sans développements additionnels. iES vous permet de bénéficier des standards de délivrabilité les plus élevés tout en bénéficiant d’un monitoring et d’une expertise permanente.
Au sein d’iES, vous retrouvez :
  • Un campaign management system professionnel vous permettant de remplir tous les besoins de vos équipes marketing. Cela va de la gestion de liste, à la gestion de templates email en passant par la segmentation et la création de landing pages et d’enquêtes (retrouvez l’ensemble des fonctionnalités dans le schéma présent ci-dessous).
  • Spécialisé depuis plusieurs années dans le déploiement des solutions de routage basées sur PowerMTA, DeliverNow vous propose de mettre en place cette solution leader du marché de la délivrabilité et utilisée par les plus grands routeurs d’emails dans le monde.
  • Le monitoring de la délivrabilité et de la réputation d’expéditeur est affaire de spécialistes. Avec iES, vous suivez en temps réel le placement en inbox de vos emails, la disponibilité de vos ressources délivrabilité, la réputation de vos domaines et de vos adresses IP, …
  • Avec iES, vous avez aussi accès en permanence aux conseils de votre Deliverability Manager. Celui-ci sera capable d’intervenir en cas de questions et d’optimiser votre infrastructure lorsque vous ferez face à de nouveaux défis ou que vos besoins évolueront.
Si vous désirez en savoir plus sur iES, n’hésitez pas à contacter l’équipe de DeliverNow.
principe

Délivrabilité SFR : explications sur les codes d’erreur (GU_EIB) et sur les seuils utilisés

logo_SFRAvant d’entrer dans le vif du sujet, il est important de rappeler quelque faits historiques à propos de SFR. Si SFR s’est toujours appelé comme ça depuis sa création en 1987, les différentes activités du groupe ont, par contre, pris différents noms au cours de l’histoire. Ces dix dernières années, SFR a aussi fait l’acquisition d’autres fournisseurs d’accès internet (ou réintégré des filiales), ce fut le cas de Neuf Telecom, de Club Internet, …

C’est important à savoir car cela va vous permettre de regrouper tous les noms de domaine qui utilisent l’infrastructure de SFR pour leurs emails. Certains sont bien connus, d’autres moins.

Voici la liste des noms de domaine utilisant le service email de SFR (et donc aussi les mêmes technologies de filtrage) :

  • @sfr.fr
  • @neuf.fr
  • @9online.fr
  • @9business.fr
  • @cegetel.net
  • @club-internet.fr
  • @cario.fr
  • @guideo.fr
  • @mageos.com
  • @fnac.net
  • @waika9.com

Explications des codes d’erreur délivrabilité utilisés par SFR : GU_EIB_02 et GU_EIB_04

Notre experience, croisée avec une analyse fine des logs SMTP de routage, permettent aujourd’hui à DeliverNow d’avoir une vue plus claire sur la configuration d’un MTA afin de délivrer au mieux les emails chez SFR.

Lorsque votre adresse IP est bloquée, vous avez l’occasion de trouver la raison du blocage dans les bounces que les serveurs de SFR vont vous faire parvenir. Voici ci-dessous, les deux exemples qui nous concernent :

  • GU_EIB_02 : « 5.7.1 <example.com[xxx.xxx.xxx.xxx]>: Client host rejected: Abus detecte GU_EIB_02 »
  • GU_EIB_04 : « 5.7.1 <example.com[xxx.xxx.xxx.xxx]>: Client host rejected: Abus detecte GU_EIB_04 »

Différents indicateurs

On peut distinguer 2 grands indicateurs analysés par SFR afin de décider s’il faut ou non bloquer une adresse IP.

Le premier est le taux de spam (GU_EIB_04), si un trop grand nombre d’emails sont détectés en « spam », il est possible que vos adresses IP se retrouvent bloquées pendant un certain temps. Il est intéressant de savoir que SFR (tout comme Orange et Free) utilise les technologies de filtrage de l’entreprise française Vade Retro afin de faire le tri entre ce qui est du spam ou un email légitime.

Le second indicateur est le taux d’adresses invalides (GU_EIB_02) que vos envois génèrent. Cet indicateur prend donc en compte la qualité de votre gestion des données. Le maintien d’une liste propre est un pré-requis à une bonne délivrabilité qui se vérifie encore ici.

Une question de seuils

Pour que vos messages soient rejetés, il faut évidemment que le taux d’adresses invalides ou le taux de spam soient anormaux. Dans les deux cas, à partir d’une vingtaine de messages envoyés, SFR défini le seuil à 25%. Si l’on considère ce seuil vis à vis des taux d’adresses invalides considérés comme bons dans l’industrie (moins de 3 à 4%), on voit clairement que le seuil émis par SFR ne risque pas de toucher les expéditeurs ayant de bonnes pratiques en matière d’hygiène de liste.

Durée

Deux types de durées sont à prendre en compte.

La fenêtre d’échantillonnage : Cette durée est d’environ 5 minutes. C’est à dire que si vous dépassez 25% de mises en spam ou de bounces pendant plus de 5 minutes, vos envois seront temporairement bloqués.

La durée du blocage : Chaque fois que vous atteignez le seuil fatidique, vos envois sont bloqués pour une durée d’une vingtaine de minutes. Évidemment, si après ces 20 minutes vos envois ne remplissent toujours pas les critères, vous serez de nouveau bloqué pour 20 minutes … et ainsi de suite. Cela peut donc ralentir vos envois de manière significative.

Récapitulatif

  • GU_EIB_02
    • Indicateur : Taux d’adresses invalides
    • Seuil : 25%
    • Fenêtre d’échantillonnage : 5 minutes
    • Durée du blocage : 20 minutes
  • GU_EIB_04
    • Indicateur : Classement en spam
    • Seuil : 25%
    • Fenêtre d’échantillonnage : 5 minutes
    • Durée du blocage : 20 minutes

Mise en œuvre technique

Afin de gérer finement ce genre de cas, il est important d’utiliser un serveur SMTP capable de détecter ce type de retour (les codes GU_EIB_02 et GU_EIB_04) et capable de s’adapter en temps réel.

Malheureusement, les serveurs opensource de type Postfix, Qmail ou Sendmail ne sont pas capables de gérer nativement ce type de comportement. C’est pourquoi chez DeliverNow, nous recommandons activement d’utiliser PowerMTA. Celui-ci propose un mode backoff et une gestion fine de la connectivité. Si vous désirez en savoir plus, n’hésitez pas à contacter DeliverNow.

Remarques

Vous êtes touché par GU_EIB_02 alors que vous avez une bonne hygiène de liste ?

Dans ce cas, il est fort probable que vous ne soyez pas le seul à utiliser l’adresse IP bloquée. C’est par exemple le cas si vous utilisez votre serveur web pour expédier vos emails. La seule solution est d’utiliser une adresse IP dédiée ou un relais SMTP spécialisé. N’hésitez pas à contacter DeliverNow si vous désirez mettre en place une solution SMTP sur mesure.

Quid de Numéricable ?

Comme vous le savez sans doute, SFR a récemment été racheté par Numericable. Pour l’instant, il n’y a encore aucun impact au niveau délivrabilité. SFR et Numericable continuent à utiliser les mêmes serveurs MX que précédemment. DeliverNow vous tiendra informé s’il y a le moindre changement sur ce dossier.

L’email marketing day revient le 20 mai 2014 à Strasbourg

emday2013En novembre 2013, DeliverNow a eu le plaisir de participer à la première édition de l’email marketing day à Strasbourg. Cet évènement unique en son genre a été l’occasion de réunir pendant une journée complète ce qui se fait de mieux comme experts de l’emailing en France.

DeliverNow avait eu l’occasion de s’exprimer sur les dernières tendances de la délivrabilité lors d’une table ronde organisée sur le sujet. Cela a été aussi l’occasion d’échanger avec de nombreux spécialistes de la délivrabilité dont Alain Doustalet, responsable de la cellule Abuse d’Orange.

L’édition 2014 aura lieu le 20 mai

Après le succès de l’édition 2013, l’organisateur (l’agence email marketing Clic et Site) a décidé de nous offrir une seconde édition qui aura lieu le 20 mai 2014, toujours à Strasbourg, mais cette fois au Stade de la Meinau.

On peut déjà compter une centaine d’inscrits, dont des figures connues du monde de l’emailing en France : Charles Boone de Snipemail, Bruno Florence de Florence Consultant et du SNCD, Jonathan Loriaux de Badsender.com, Bruno Fridlansky de Consonaute ou encore Alain Doustalet d’Orange.

Le programme de cette année sera découpé en 4 grands thèmes :

  1. 1. La collecte d’adresses
  2. 2. La qualité des données
  3. 3. La délivrabilité
  4. 4. Le message

Cliquez-ici pour vous inscrire

Le programme de la journée

Le Big Data au service de votre délivrabilité : DeliverNow choisit Splunk

splunkCe n’est un secret pour personne, envoyer des emails génère de très nombreuses données. Ce volume est d’ailleurs en train de gonfler en même temps que l’évolution de la sophistication des stratégies email marketing. En plus des données issues du tracking des clics et des ouvertures, on peut par exemple évoquer les données générées par la géolocalisation, l’analyse comportementale, … Mais le plus grand générateur de données en email marketing reste le protocole SMTP lui-même. Chaque connexion SMTP étant constituée d’un dialogue entre deux serveurs SMTP distants, les étapes de ce dialogue génèrent une quantité de « traces » impressionnante.

Pour correctement analyser et suivre l’évolution de la délivrabilité, l’utilisation des données internes n’est pas suffisante. Il faut savoir exploiter et réintégrer les données issues de systèmes externes, par exemple :

  • Le traitement et l’analyse des données issues des boucles de rétroaction (le nombre de plaintes par adresse IP) ;
  • Les données issues du monitoring des listes noires ;
  • Les informations concernant le nombre de spamtraps touchés ;
  • Les données proposées par les « fournisseurs » de réputation comme Senderscore de ReturnPath ou Senderbase de Cisco ;

La complexité de l’analyse de toutes ces données réside dans la multitude de formats, de codes, … rien que les codes d’erreur SMTP peuvent être différents d’un FAI à un autre pour un même événement. Sans parler de la multitude de technologies et de formats utilisés par les différentes boucles de rétroaction.

Il est donc indispensable d’agréger et de recouper ces différentes données afin de générer des rapports pertinents qui vous permettront de contrôler tous les paramètres de votre délivrabilité. C’est là qu’entre en jeu le Big Data.

DeliverNow fait le choix de Splunk

On peut parler de Big Data lorsque la masse et la diversité des données générées commencent à poser des problèmes de traitement avec les outils classiques. En matière de délivrabilité email, comme nous l’avons vu dans cet article, il devient rapidement compliqué de gérer, d’agréger et d’exploiter toutes ces données.

C’est pourquoi DeliverNow a décidé de s’appuyer sur les services de Splunk en devenant revendeur agréé. Splunk est un moteur de collecte, d’indexation et d’exploitation des données générées par les différents composants d’une infrastructure informatique. L’outil permet de déployer des solutions de monitoring permettant de détecter et de diagnostiquer tout incident pouvant survenir dans l’exploitation d’une infrastructure informatique.

Sur base de Splunk, DeliverNow a développé une solution clé en main (lié à l’utilisation de PowerMTA de Port25 ou à d’autres MTA) vous permettant d’avoir une maîtrise complète de votre délivrabilité. Grace à la Big Data, nous sommes capables monitorer l’ensemble des paramètres constituant votre délivrabilité et de détecter dans un temps record tout incident ou toute fluctuation majeure de votre réputation d’expéditeur.

En matière de délivrabilité, il est indispensable de réagir le plus rapidement possible à tout incident afin de limiter les dégâts, et aujourd’hui, l’exploitation de la Big Data est indispensable.

Pour plus d’informations sur nos outils, n’hésitez pas à nous contacter.

Le nombre de spamtraps Orange par adressse IP disponible via SignalSpam

Orange_logoDepuis ce mois de février, il est possible de recevoir le nombre de spamtraps Orange touchés par adresse IP et par jour. Après la mise en place de la boucle de rétroaction en septembre, il s’agit d’un nouvel effort conjoint entre Signal Spam et Orange afin de fournir plus de données aux expéditeurs d’email.

Qu’est-ce qu’un spamtrap ?

Un spamtrap est une adresse email utilisée par les FAI et les organisations de lutte contre le spam afin de détecter les mauvais expéditeurs et les spammeurs. Il en existe deux sortes.

Les spamtraps recyclés ou spamtraps d’inactifs

Il s’agit d’adresses emails qui ont été créées par de vrais utilisateurs. Elles ont été actives pendant un certain temps et ont ensuite été fermées par le FAI ou le webmail. Après leur fermeture, ces adresses ont renvoyé pendant un certain temps un code d’erreur SMTP indiquant clairement que l’adresse était invalide. Ensuite, ces adresses sont réactivées et utilisées comme spamtrap.

Les FAI et webmails considèrent qu’il est du devoir d’un expéditeur d’email de nettoyer régulièrement sa base de donnée. L’utilisation de spamtraps recyclés est donc un bon moyen de détecter les expéditeurs qui ne traitent pas correctement les réponses SMTP pour désactiver les adresses invalides.

Les « vrais » spamtraps

À la différence des spamtraps recyclés, ces adresses email n’ont jamais été communiquées à quiconque. Ce sont des adresses qui ont été créées de toute pièce afin de détecter les spammeurs. Ces adresses peuvent avoir été créées sur de grands FAI ou webmails, mais il peut aussi s’agir d’adresses sur des noms de domaine exclusivement destinés à recueillir le spam. Pensez par exemple à des robots/spammeurs qui pourraient générer toutes les adresses info@ et contact@ de tous les noms de domaine existant, ceux-ci seront détectés par ces spamtraps.

Pourquoi Orange désire partager cette information ?

Dans le cas de l’information remontée par Orange, on parle exclusivement de la catégorie des spamtraps “recyclés”. Par contre, il n’est évidemment pas question de pouvoir identifier les spamtraps en question.

L’objectif pour Orange est de donner une information aux routeurs membres de Signal Spam afin qu’ils puissent détecter les mauvais expéditeurs. En sachant combien de spamtraps Orange auront été touchés par une adresse IP, le routeur pourra réguler plus efficacement l’activité de ses clients.

feedbackloop_spamtraps_orange

En pratique, comment ça fonctionne ?

L’information sur le nombre de spamtraps Orange touchés par jour et par adresse IP est disponible dans le même fichier que la boucle de rétroaction de plaintes agrégées. Si vous recevez déjà les plaintes, il suffit de faire une demande à Signal Spam et une colonne supplémentaire sera ajoutée dans le fichier CSV de statistiques mise à disposition automatiquement .

Ces informations sont disponibles uniquement pour les membres de Signal Spam. Pour plus d’informations sur l’adhésion, rendez-vous ici.