Salon Archives - DeliverNow

L’email marketing day revient le 20 mai 2014 à Strasbourg

emday2013En novembre 2013, DeliverNow a eu le plaisir de participer à la première édition de l’email marketing day à Strasbourg. Cet évènement unique en son genre a été l’occasion de réunir pendant une journée complète ce qui se fait de mieux comme experts de l’emailing en France.

DeliverNow avait eu l’occasion de s’exprimer sur les dernières tendances de la délivrabilité lors d’une table ronde organisée sur le sujet. Cela a été aussi l’occasion d’échanger avec de nombreux spécialistes de la délivrabilité dont Alain Doustalet, responsable de la cellule Abuse d’Orange.

L’édition 2014 aura lieu le 20 mai

Après le succès de l’édition 2013, l’organisateur (l’agence email marketing Clic et Site) a décidé de nous offrir une seconde édition qui aura lieu le 20 mai 2014, toujours à Strasbourg, mais cette fois au Stade de la Meinau.

On peut déjà compter une centaine d’inscrits, dont des figures connues du monde de l’emailing en France : Charles Boone de Snipemail, Bruno Florence de Florence Consultant et du SNCD, Jonathan Loriaux de Badsender.com, Bruno Fridlansky de Consonaute ou encore Alain Doustalet d’Orange.

Le programme de cette année sera découpé en 4 grands thèmes :

  1. 1. La collecte d’adresses
  2. 2. La qualité des données
  3. 3. La délivrabilité
  4. 4. Le message

Cliquez-ici pour vous inscrire

Le programme de la journée

Les risques et opportunités de l’emailing d’acquisition selon Epsilon International

La semaine dernière, au salon ecommerce 2010, j’ai eu l’occasion d’assister et d’apprécier la conférence de Frédéric Testard d’Epsilon International qui s’intitulait « Les risques et opportunités de l’emailing d’acquisition ».

J’ai trouvé que l’auteur à remarquablement résumé le cercle vicieux dans lequelle se trouve l’Emailing de prospection en France à cause des dérives engendrés par les modèles à la performance, la multiplication des bases de mauvaise qualité et des contraintes inhérentes aux plateformes d’affiliations.

L’auteur a commencé par rappeler qu’une augmentation trop forte de la pression marketing pouvaient générer un décrochage des performances,  ceci à cause des blocage engendrés par les plaintes des internautes.

Il a ensuite expliqué comment, le cercle vicieux de la baisse de qualité des fichiers, avait amené le marché vers les modèles à la performance.
La baisse du CPM, ayant engendré une baisse de la qualité des données, qui engendrait une baisse du ROI qui elle même engendrait une baisse du CPM.

Le modèle au CPM était de moins en moins utilisé au profit du modèle à la performance, avec ces avantages et ces risques.

Rappelons que lors d’une transaction sur un modèle à la performance, l’acheteur achète un volume de leads, quelque soit le le volume de mails envoyés. Cela provoque des comportements excessif qui consistent à expédier des emails pour un annonceur jusqu’à que celui-ci ai le volume de leads prévu. Ceci peut provoquer saturation de l’internaute vis à vis de la marque.

D’ailleurs, notons que le spam fonctionne un peu sur le même principe, sur les milliards et les milliards d’emails envoyés par les spammers pour des produits illicite, les quelques transactions générés rendent le modèle profitable à cause du faible coût de l’expédition.

Les autres points avancés par l’auteur dans le cadre d’utilisation de plateforme d’affiliation sont :
– le non contrôle des bases utilisé pour relayer l’offre de l’annonceur
– le manque de maîtrise de la pression commercial, avec l’exemple à l’appuie d’un email reçu 12 fois dans la même journée pour un annonceur !
– l’impossibilité de mettre en repoussoir le fichier client ou le fichier des desabonnés de l’annonceur.

Tout cela réuni provoque un mécontentement massif des internautes, qui le font savoir à leur FAI en reportant les emails en spam. Celui-ci va alors chercher les dénominateurs communs des plaintes et pourra alors blacklister en dur le nom de l’annonceur ou le domaine de celui-ci.

Dans ce contexte, il n’est pas anormal d’entendre régulièrement la phrase : « L’email est mort » ! Il n’est effectivement pas voué à perdurer de cette façon.

Pour finir, l’auteur a conclus en rappelant qu’en 2009, parmi les différents canaux générateur de revenu en emarketing, l’email était celui qui avait le meilleur ROI et qu’une bonne segmentation de sa base de prospection couplé à un bon ciblage étaient les leviers de réussite de l’acquisition de client grâce à l’emailing.

Qu’est ce que le MAAWG ?

MAAWGMAAWG signifie « Messaging Anti-Abuse Working Group ». Il s’agit d’une organisation mondiale visant à sécuriser les messages électronique par la prévention de toute sorte d’abus par email (spam, virus etc..) et en assurant la bonne deliverabilité des messages légitimes.

Très focalisé sur les aspects technologies, le groupe de travail rassemble les plus grand opérateurs mondiaux de l’email à savoir :

– les fournisseurs d’accès à Internet
– les fournisseur de messagerie électronique gratuites
– les fabricant de boitiers antispam
– les organismes de blackliste
– les expéditeurs de messages électronique

A noter aussi que le MAAWG héberge quelques senior de l’internet comme Dave CROCKER dont le CV (même résumé)  est impressionant, avec qui l’on peut avoir des avoir des discussions fort intéressante.

Les précédentes réunions du MAAWG ont amenés à  la création d’un certains nombre de document  intéressant dont les  Senders Best Communications Practices, compilant l’ensemble des recommandations des ISP et professionnel de l’email à destination des Expéditeurs d’emails en masse.

Ce document contient une annexe intéressante nommé « ESP Vetting Questionnaire » à destination des marketeurs souhaitant sélectionner un fournisserurs de services emails.

– Do you incorporate and comply with public AUPs?
– Do you provide dedicated IPs?
– Do you provide a dedicated IP for each type of message stream (marketing vs. transactional)?
– Do you match forward and reverse lookups for your IPs?
– Which methods of authentication do you support and provide?
– Which ISPs are you whitelisted with?
– Which ISPs have you established a feedback loop with?
– Do you distinguish between hard and soft bounces?
– What is your hard bounce policy?
– What is your soft bounce policy?
– What is your standard retry policy for soft bounces?
– How do you handle connection timeouts?

Email Metrics Program: The Network Operators’ Perspective
http://www.maawg.org/about/MAAWG_2008-Q2_Metrics_Report9.pdf

MAAWG Sender Best Communications Practices
http://www.maawg.org/about/MAAWG_Sender_BCP/MAAWG_Senders_BCP_Ver2.pdf

Abuse Desk Common Practices
http://www.maawg.org/about/publishedDocuments/Abuse_Desk_Common_Practices.pdf

Salon du Marketing Direct

MD EXPOCe soir s’achevait la 6ème édition du salon du marketing direct à Paris. Pendant 3 jours, quelques 200 professionnels du marketing exposaient leur savoir faire à la porte de versailles. Emailing Solutions, Directinet, EmailGarage, A.I.D et bien sûr Cabestan ont parlé d’Email Marketing et de Déliverabilité.

Pour ma part, mon intervention portait sur 5 bonnes pratiques pour une bonne déliverabilité après une courte introduction sur le canal email, quelques statistiques sur le spam et les moyens mis en œuvre pour le combattre. J’exposerais ici une synthèse de mon intervention dans un prochain post.

Peut-être est-ce le fait d’être allé à l’Email Summit à Miami où l’organisation approchait de l’excellence mais j’ai trouvé la qualité et la fréquentation du salon en baisse. On pouvait regretter l’absence de cloison et d’intimité dans les espaces de conférence, ce qui leur donnait un petit coté « foire du trône » car les rires et discussions des passants pouvaient prendre le dessus sur le discours des conférenciers. Les visiteurs et professionnels manquaient de place pour discuter tranquillement. L’espace vip étant toujours plein, la cafétéria ou les tables hautes du stand Nespresso étaient souvent la seule solution pour des discussions sur le marketing online, qui elles, sont toujours au rendez vous !

EmailSummit 2008

EmailSummitChaque année, le MarketingSherpa organise l’EmailSummit, cette année il a eu lieu le 24, 25 et 26 février à l’intercontinental hotel de Miami.
Je me suis rendu à la 3eme édition de cet événement ce week-end et voici mes impressions.
Au programme : un premier jour de certification nommé « Email Professional Certification » puis 2 jours d’expositions et de conférences sur le vaste sujet qu’est l’Email Marketing.

N’ayant pas souscrit au premier jour de certification m’a permis de m’immerger dans ce pays en allant me prendre un coup de soleil du coté de SouthBeach. J’ai découvert Miami Beach en me rendant à la plage en bus, et j’ai ainsi vu la célèbre plage que je ne connaissais qu’à travers ma télé. Cela m’a permis de pouvoir parler américain, manger américain et surtout consommer américain. J’ai commencé alors à ressentir la très forte culture du commerce et du marketing dès cette première journée de tourisme.

Ceci fut un bon préambule pour enchainer avec les 2 jours de salon qui ont été une succession de conférences sur des sujets très intéressants et très précis autour de l’Email Marketing : les aspects légaux, les bests practices pour un usage de l’email en B2B, des campagnes email d’acquisition passées au peigne fin, l’optimisation du ciblage, la newsletter, le viral mais aussi la déliverabilité, la réputation, les clients de messagerie et les systèmes de certification des émetteurs. Des conférences d’1/2 heure reparties dans 3 espaces différents qui s’enchainent les unes aux autres rapidement.

En effet, nous n’avions que très peu de temps pour visiter les stands des différents exposant à savoir : Responsys, Lyris, e-Dialog, YesMail, ExactTarget, StrongMail, SilverPop, BrontoSoftware, rabbit eMarketing pour les ESP mais aussi des acteurs plus spécialisés à savoir : Habeas, Iconix, GoodMailSystems pour les certificateurs, Come&Stay pour les fichiers et bien d’autres…

L’organisation était impeccable et le lieu magnifique, breakfast et déjeuner permettaient de rencontrer et de discuter avec les exposants aussi bien qu’avec les visiteurs, les échanges y sont francs et ouverts.

Malgré un Power Outage mardi après-midi qui a écourté notre dernière demi-journée au Summit, ce fut une expérience formidable pour moi à laquelle je participerais à nouveau volontiers l’année prochaine quel qu’en soit le lieu. Peut être en Californie, au Texas, à Londres …